D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Digimart
3530 boulevard St-Laurent,
suite 500
Montréal (Québec) H2X 2V1
Canada
(514) 847-3536

23 octobre 2006

Digimart - Au revoir!


Sheila de la Varende termine la conférence avec la vision Digimart, comme lieu d'échange et d'effervescence. L'effet d'entraînement aussi, depuis l'année dernière et ce que nous avons vu cette semaine. Inspirant est le mot qu'elle a choisi.

Merci à tous les panelistes, présentateurs, participants, à l'équipe, aux bénévoles. Poursuivons la présentation durant l'année. À l'année prochaine!

Posté par digimart dans Blogue 2006 à 13:09

23 octobre 2006

Digimart - Cinémas numériques : Optimiser l'expérience en salle

Session modérée par Scott Kirsner. Avec Ira Deutchman, Donald Ranvaud, Bjorn Koll et Kees Ryninks.

La distribution et la présentation (exhibition est le terme utilisé en anglais) ont été immuables pendant longtemps. Le marketing est relegué aux studios, il ne reste pas vraiment d'options pour les autres joueurs de la chaine de production d'un film. Ce qui fait que le modèle en place favorise uniquement la rentabilité des studios. La recette "dépenser plein d'argent" et "voir ce qui fonctionne" est très coûteuse et n'est possible que pour les 2-3 plus grands studios de production. Aujourd'hui, un film grand public doit faire sa rentabilité lors du premier week-end en salle. Cet état des choses ne laisse pas beaucoup de place pour les films "coups de coeur" et les recommandations entre amis, le bouche à oreille.

Il est certain que les distributeurs veulent minimiser le risque. Présentement, ils se gardent tous les droits possibles dans les contrats standards. La projection numérique permet de contourner un des grands freins au changement, le besoin "d'imprimer" les films sur pellicule et de les distribuer, un processus couteux et complexe. Un autre avantage du numérique est au niveau de la programmation en salle qui devient alors extrêmement flexible, ce qui était auparavant impossible logistiquement.

Quelques exemples d'innovations dans ce domaine : montrer un "classique" une seule fois avec invitation et confirmation (personne ne réserve ses billets habituellement pour le cinéma, très difficile de prévoir). Planifier la "syndication" de certains films de festivals dans des villes partenaires, pas seulement sur le lieu du festival. Le modèle économique actuel est tributaire de l'impression et de la distribution de bobines. Le numérique permet de changer tout ça.

Les cinémas sont réellement des endroits sous utilisés. Avec le cinéma numérique, il est possible d'ouvrir les lieux aux communautés locales. C'est ce qui se passe au Brazil avec le programme gouvernemental de cinéma numérique. Il est encore difficile pour les cinéastes indépendants de se faire présenter dans les cinémas numériques, mais nous assistons au retour de l'opérateur et du programmateur indépendant aussi, du moins à une échelle plus humaine il semble.


Ce billet a été posté par Sylvain Carle

Posté par digimart dans Blogue 2006 à 13:03

23 octobre 2006

Digimart - Cinémas numériques : Optimiser l'expérience en salle

Session modérée par Scott Kirsner. Avec Ira Deutchman, Donald Ranvaud, Bjorn Koll et Kees Ryninks.

La distribution et la présentation (exhibition est le terme utilisé en anglais) ont été immuables pendant longtemps. Le marketing est relegué aux studios, il ne reste pas vraiment d'options pour les autres joueurs de la chaine de production d'un film. Ce qui fait que le modèle en place favorise uniquement la rentabilité des studios. La recette "dépenser plein d'argent" et "voir ce qui fonctionne" est très coûteuse et n'est possible que pour les 2-3 plus grands studios de production. Aujourd'hui, un film grand public doit faire sa rentabilité lors du premier week-end en salle. Cet état des choses ne laisse pas beaucoup de place pour les films "coups de coeur" et les recommandations entre amis, le bouche à oreille.

Il est certain que les distributeurs veulent minimiser le risque. Présentement, ils se gardent tous les droits possibles dans les contrats standards. La projection numérique permet de contourner un des grands freins au changement, le besoin "d'imprimer" les films sur pellicule et de les distribuer, un processus couteux et complexe. Un autre avantage du numérique est au niveau de la programmation en salle qui devient alors extrêmement flexible, ce qui était auparavant impossible logistiquement.

Quelques exemples d'innovations dans ce domaine : montrer un "classique" une seule fois avec invitation et confirmation (personne ne réserve ses billets habituellement pour le cinéma, très difficile de prévoir). Planifier la "syndication" de certains films de festivals dans des villes partenaires, pas seulement sur le lieu du festival. Le modèle économique actuel est tributaire de l'impression et de la distribution de bobines. Le numérique permet de changer tout ça.

Les cinémas sont réellement des endroits sous utilisés. Avec le cinéma numérique, il est possible d'ouvrir les lieux aux communautés locales. C'est ce qui se passe au Brazil avec le programme gouvernemental de cinéma numérique. Il est encore difficile pour les cinéastes indépendants de se faire présenter dans les cinémas numériques, mais nous assistons au retour de l'opérateur et du programmateur indépendant aussi, du moins à une échelle plus humaine il semble.


Ce billet a été posté par Sylvain Carle

Posté par digimart dans Cinéma et Cinéastes à 13:03

 1 2 3 4 5 6 7 suivant »

Droits d'auteurs © Digimart 2006
Politique de confidentialité

Réalisation : Revolver 3